Skip to content

Les versions de Debian GNU/Linux

Debian étant la distribution Linux la plus répandue sur les serveurs, voici un récapitulatif des versions de Debian :

1.1 : Buzz (juin 1996) => Buzz l’éclair
1.2 : Rex (décembre 1996) => le tyrannosaure
1.3 : Bo (juin 1997) => la bergère
2.0 : Hamm (juillet 1998) => le cochon-tirelire
2.1 : Slink (mars 1999) => le chien à ressorts
2.2 : Potato (août 2000) => Monsieur Patate
3.0 : Woody (juillet 2002) => le shérif
3.1 : Sarge (juin 2005) => le sergent
4.0 : Etch (avril 2007) => l’écran magique
5.0 : Lenny (février 2009) => la paire de jumelles
6.0 : Squeeze (février 2011) => l’extraterrestre
7.0 : Wheezy (mai 2013) => le manchot
8.0 : Jessie (quand ça sera prêt ;-) ) => la cow-girl

Sid (version unstable, en développement permanent) => le voisin qui détruit les jouets

Signal 11 avec php-ssh2

Si vous avez un serveur dédié servant du web avec la langage PHP, vous avez sûrement activé le module SSH. Bien pratique pour permettre des connexions SSH/SFTP locales ou distantes, des mises-à-jour automatiques de WordPress, etc. Et si vous obtenez une erreur de ce type pas très explicite :

sshd: Received disconnect from 127.0.0.1: 11: PECL/ssh2 (http://pecl.php.net/packages/ssh2)

…c’est que votre connexion SSH/SFTP a été interrompue à cause d’une memory_limit trop bas. À savoir !

Forcer Bind en IPv4

Si votre serveur Linux ne possède pas de connectivité IPv6… pas de chance. Mais cela arrive encore souvent si c’est un serveur interne derrière des connexions ADSL/SDSL. Et vous avez sûrement un serveur DNS dessus ! Pensez donc à désactiver l’IPv6 pour éviter qu’il tente de joindre en IPv6 les serveurs extérieurs (root-servers, serveurs DNS avec une IPv6). Pour Bind, cela se fait en lui passant l’option -4 ; ainsi sous Debian vous aurez la variable suivante dans le fichier /etc/default/bind9 :

OPTIONS="-4 -u bind -t /var/chroot-bind"

Noyau Linux 3.4

Le noyau Linux 3.4 est sorti. Au niveau des changements intéressant pour l’infogérance serveur, on trouve surtout des évolutions au niveau du système de fichiers BRTFS… que l’on est impatient d’utiliser en production ! Pour plus de détails sur http://kernelnewbies.org/Linux_3.4

Postfix : REPLACE en body_checks

Sur un serveur Linux, il est indispensable d’avoir un serveur de mail. Notamment pour les mails système (crontabs, etc.). Le serveur mail qui s’est imposé par sa robustesse, sa souplesse et sa simplicité est Postfix. Il est ainsi pas rare lors d’une opération d’infogérance serveur qu’il soit nécessaire de mettre en place des règles spécifiques pour Postfix. Voici un exemple précis qui permet de modifier une ligne d’un message.

On installe le package postfix-pcre :

# aptitude install postfix-pcre

Dans le fichier main.cf :

body_checks = pcre:/etc/postfix/body_checks

Dans le fichier /etc/postfix/body_checks :

/^foo (.*) bar/ REPLACE $1

On peut ainsi modifier via une regex une ligne de tous les messages émis par exemple.

Infogérance serveur

L’infogérance serveur est un terme général visant à définir un service de gestion externalisée de ressources informatiques. Dans le cas d’un serveur dédié, l’infogérance consiste principalement à :
- surveiller les différents services grâce à des logiciels de supervision comme Nagios, si besoin avec des alertes 24h/24,
- consulter régulièrement les journaux, graphes et informations diverses pour s’assurer de la bonne santé du serveur,
- réaliser les mises-à-jour du système dès qu’elles sont disponibles (après les avoir préalablement testées),
- répondre aux demandes des utilisateurs ou développeurs en terme d’administration système et réseau.

Vidéo de promotion de Linux

Linux ne tourne pas que sur des serveurs ! Ils tournent aussi sur des téléphones, des télévisions, etc. Pour tout savoir sur la façon extraordinaire dont est développé le noyau Linux, regardez cette vidéo de promotion de la Fondation Linux :

Noyau Linux pour serveur dédié

Il est parfois utile de recompiler un noyau Linux pour son serveur dédié.

Une commande utile pour savoir la version actelle de son noyau Linux :

$ uname -a

On télécharge un noyau Linux sur kernel.org :

$ tar xvf linux-3.x.y.tar.gz

Pour choisir les options de son noyau Linux selon les caractéristiques de son serveur dédié :

$ make menuconfig

Il faut ensuite gérer les différentes étapes de compilation du noyau Linux :

$ make clean
$ make bzImage
$ make modules

Enfin, on peut procéder à l’installation de son noyau Linux sur son serveur dédié :

$ su
# cp arch/x86_64/boot/bzImage /boot/vmlinuz
# makes modules_install

Noyau Linux 3.3

La sortie du noyau Linux 3.3 est imminente. Au niveau des changements, on trouve des évolutions au niveau réseau, systèmes de fichiers, RAID, etc. qui sont bien sûr intéressantes pour un serveur dédié. Plus de détails sur http://kernelnewbies.org/Linux_3.3